L’évolution du web : 2015-2016 (statistiques et prospective)

Il est toujours bon d’avoir en tête les statistiques d’usage des différents navigateurs web afin d’exploiter au mieux les technologies disponibles.

Cette synthèse s’appuie sur un échantillon de plusieurs dizaines de milliers utilisateurs sur le 4ème trimestre 2015.

Le site en question étant responsive, les plateformes ciblées sont aussi bien ordinateur que tablette ou mobile.

Le site en question est destiné à un public français.

ORdinateur, tablette, mobile ?

69 % des utilisateurs sont sur un ordinateur de bureau, 17,5 % sur mobile et 13,5 % sur tablette.

Ignorez le mobile et la tablette : vous perdrez 1/3 des utilisateurs. Sans parler des conséquences en termes de référencement.

Les navigateurs web

Ces statistiques s’appuient sur l’ensemble des navigateurs, toute plateforme confondue.

Chrome reste le favori, avec 32,8 % des parts de marché.

Il est suivi par Firefox, à 23,4 %. Puis Safari, notamment grâce à sa version mobile, qui est à 19,75 % des parts. Internet Explorer est – toutes versions confondues – à 16,14 %. Suivi par son successeur Edge, navigateur par défaut de Windows 10, qui s’octroie seulement 3,6 % du marché. Le reste (~ 5 %) est réparti entre Opera, quelques navigateurs Android natifs et autres appareils spécifiques.

Le cas Internet Explorer

Après la déclaration officielle de désuétude de Windows XP (et donc Internet Explorer 8) depuis le 8 avril 2014, Microsoft a récemment renforcé sa démarche de modernisation en n’assurant plus le support des versions inférieures à la version 11 de son navigateur historique Internet Explorer à partir du 12 janvier 2016.

La réaction des utilisateurs ne s’est pas faite attendre.

Parmi l’ensemble des utilisateurs d’Internet Explorer, seuls 16,5 % utilisent une version obsolète. Ramené à l’ensemble des navigateurs, cela représente seulement 2,7 % des utilisateurs.

Côté mobile et tablette

Les 3 systèmes les plus populaires sont iOS, Android et Windows.

Si iOS (47,2 %) et Android (47 %) sont au coude à coude, Windows reste en retrait avec seulement 5 % du marché. Blackberry et les autres ne sont plus représentatifs.

iOS

Sur l’ensemble des versions de iOS, les 3 dernières sont les plus représentées.

iOS 9 en représente 66,3 %, iOS 8 est à 16,9 % et iOS 7 à 12,3 %. Les 4,5 % restants sont partagés par iOS 6 et les versions inférieures.

En visant iOS 7 et supérieurs, on atteint 95,5 % des utilisateurs iOS.

Android

Pour Android, les choses sont un peu différentes.

La dernière version du système (6) est peu représentée à 1,2 % des parts. L’avant-dernière version (5) commence à émerger à 37 %. La version la plus représentée est la version 4 à 60 % des installations.

Sur cette version 4, les différentes déclinaisons se partagent ainsi les parts de marché du système : la 4.0 n’est pas très représentative (2 %), la 4.1 est plus présente (12 %), la version 4.2 est à 7 %, la 4.3 à 4 % et la 4.4 à 35 %.

En conclusion, en visant Android 4.1 et supérieurs, on peut atteindre 95 % des utilisateurs Android.

Les technologies de 2016

En conclusion, les navigateurs les plus utilisés sont ceux de Android 4.1 et iOS 7 ainsi que les navigateurs de type Internet Explorer 11 et supérieurs.

HTML5

Voici une synthèse des possibilités des différents navigateurs : https://html5test.com/compare/browser/chrome-44/firefox-40/ie-11/android-4.0/ios-7.0.html .

Le HTML5 est donc particulièrement bien supporté. Notamment tout ce qui concerne :

  • la gélocalisation,
  • la vidéo (H264 de préférence),
  • l’audio (MP3 de préférence),
  • les canvas 2D,
  • le PNG pour les images avec transparence,
  • le format SVG pour les visuels vectoriels,
  • le WebGL sur ordinateurs de bureau,
  • l’envoi de fichiers côté Javascript,
  • la communication via WebSocket,
  • le copier-coller dans les navigateurs de bureau,
  • CORS,
  • le cache dans les applications,
  • le stockage local de données par système de « clé-valeur »,
  • les bases de données locales sur ordinateurs de bureau,
  • la gestion des données binaires et des fichiers.

CSS3

Le support des composants HTML est une chose. Le support des éléments de style en est une autre.

Là-dessus, les choses se présentent encore mieux. On pourra maintenant utiliser les propriétés suivantes :

  • align-*
  • border-image-*
  • flex-*
  • justify-content
  • order
  • transform-style
  • etc.

Javascript

La technologie Javascript a déjà connu une première révolution avec son arrivée sur les serveurs grâce à Node et Express.

Les performances du Javascript sont aujourd’hui telles qu’il faut maintenant en combler le principale défaut : la standardisation et la fiabilité.

Le travail est en cours grâce aux standards ECMAScript et TypeScript, qui permettent une évolution en douceur.

A cela s’ajoutent des technologies de plus en plus performantes, telles que asm.js qui permet d’obtenir des performances impressionnantes.

Cette technologie évolue très vite, et cette évolution pourrait bien s’accélérer encore en 2016. Au sein des navigateurs web comme ailleurs.

Impact sur les frameworks

Chaque frameworks va pouvoir profiter d’un allègement. En particulier en se déchargeant de bibliothèques externes – telles que jQuery – dont l’intérêt pour le framework n’est plus justifié. Mais également en allégeant le code par la suppression du code supplémentaire lié aux navigateurs obsolètes.

De plus, de nombreux frameworks se standardisent en utilisant des langages tels que TypeScript qui permettent d’avoir un code Javascript plus fiable et plus performant.

Parmi ceux qui en tirent les bénéfices des nouveaux navigateurs, on peut citer :

  • Angular 2.0, standardisé grâce au TypeScript, qui lui permet une compatibilité IE9 et supérieurs, IE11 et supérieurs très rapidement, puis Edge et autres navigateurs Evergreen à terme,
  • Bootstrap 4, compatible IE9 et supérieurs, standardisé grâce à ECMAScript 6 (similaire dans les grandes lignes à TypeScript)
  • jQuery 3, compatible IE9 et supérieurs, pourra obtenir un allègement important, bien que son usage devienne de moins en moins justifié, si ce n’est pour les animations.

Les tendances

Avec des moteurs Javascript performants et une compatibilité étendue, il est clair que la face du web va encore changer.

Les serveurs web vont pouvoir se libérer d’une partie de leurs tâches en profitant des capacités des navigateurs web.

Les graphistes et autres concepteurs d’interface vont enfin pouvoir montrer au monde le vrai visage de leurs créations grâce au SVG qui leur permet d’afficher des contenus de qualité, sans pixels grossiers, tout en permettant une légèreté optimale.

La 3D sur le web va enfin pouvoir devenir une réalité, grâce au support du WebGL. Une technologie également supportée par les principaux moteurs de jeu vidéo, dont le fameux Unity.

Le futur du web se dessine aujourd’hui

Avec l’arrivée de Windows 10, mise à jour gratuite pour les utilisateurs des versions 7, 8 et 8.1, Microsoft a réussi à se réconcilier avec le web.

Notamment grâce à l’intégration de son navigateur Edge, remplaçant Internet Explorer, qui reste malgré tout disponible « au cas où ».

Et cela pourrait bien être une nouvelle révolution de l’internet moderne.

Internet Explorer et les autres

Dans la famille des navigateurs web, on a souvent distingué Internet Explorer des autres navigateurs. En effet, ce dernier a longtemps été le mauvais élève.

Mal sécurisé, peu performant, ne respectant pas les standards et étant en retard sur les fonctionnalités, le navigateur de Microsoft est la bête noire des concepteurs de sites et applications web.

Pour ne rien arrangé, il est le seul – avec Safari – à ne pas se mettre à jour automatiquement.

A contrario, les autres principaux navigateurs web (Chrome, Firefox, Safari, Opera) sont à la pointe des technologies modernes.

Mais les choses changent.

Windows 10 et Microsoft Edge

Windows 10, dont l’objectif d’adoption pour Microsoft est de 1 milliards d’appareils (ordinateurs, tablettes, smartphones, XBox One, Hololens, IoT) d’ici 2 à 3 ans, va bien évidemment apporter sa pierre à l’édifice.

Sorti il y a moins d’un mois, le nouveau système de Microsoft a déjà dépassé les 50 millions d’utilisateurs.

S’il intègre Internet Explorer pour la compatibilité, le coeur de Windows 10 est son nouveau navigateur web Microsoft Edge.

Au delà d’intégrer les standards les plus récents du web en se hissant quasiment au même niveau que ses concurrents, Edge a réussi à améliorer ses performances en devenant le plus rapide pour naviguer sur Windows. Egalement, le nouveau né de Microsoft se met à jour automatiquement. Ce qui garantit une évolution permanente. Sa sécurité et sa stabilité n’ont également rien à voir avec ce que son ancêtre proposait. Et, cerise sur le gâteau, il fonctionne également sur les autres plateformes de Microsoft, ce qui signifie les tablettes, les smartphones et – a priori – la XBox One.

Du bonheur pour les concepteurs de solutions web.

Internet Explorer : suite et fin (surtout fin)

Si Internet Explorer représente encore autour de 15 % des navigateurs, ses plus anciennes versions (8 , 9 et 10) ne représentent que 5-6 % de l’ensemble. Et encore, les chiffres datent de début 2015.

Le premier coup de massue a été l’annonce le 8 avril 2014 de la fin du support de Windows XP, et par extension Internet Explorer 8. En gros, si vous utilisez Windows XP aujourd’hui, votre ordinateur est une porte ouverte sans limites aux virus et autres failles de sécurité. En même temps, Windows XP date de 2001, soit quasiment 15 ans !

Windows Vista n’a pas vraiment marché. D’où la faible part de marché de Internet Explorer 9 (environ 2-3 %). Ce qui amène à Windows 7, une réussite par rapport à son prédécesseur, qui est arrivé avec Internet Explorer 10 (PdM de 1 %) rapidement remplacé par son successeur Internet Explorer 11, disponible sur Windows 7, 8 et 10.

Sachant que la dernière version du navigateur Internet Explorer est la moins pire, et que chaque utilisateur d’Internet Explorer 11 pourra migrer gratuitement vers Edge, l’avenir du web est plutôt prometteur !

En effet, il y a fort à parier que d’ici quelques mois les parts de marché déjà faibles de Internet Explorer 8, 9 et 10 (5-6 %) vont bientôt passer sous la barre fatidique des 5 %.

D’autant que bon nombre d’utilisateurs des anciennes versions de Windows ont tendance à utiliser Chrome et Firefox. Une tendance qui s’est accélérée en 2015.

De nouveaux horizons

Alors que la chute des navigateurs obsolètes n’est qu’une questions de mois, le monde du web est en pleine effervescence.

De nombreuses technologies encore inexploitées vont enfin pouvoir montrer tout leur potentiel.

Des outils pour les développeurs plus modernes

Le célèbre framework Javascript JQuery dans sa version 2 est compatible uniquement avec Internet Explorer 9 et supérieurs. Ce qui lui permet d’être plus léger et plus performant tout en ayant capacité à réaliser plus de choses.

Le framework CSS / Javascript de Twitter Bootstrap sera compatible uniquement avec Internet Explorer 9 et supérieurs dans sa version 4.

Le framework de conception d’applications web AngularJS n’est actuellement compatible qu’avec Internet Explorer 9 et supérieurs dans sa version 1.3.  Alors que pour la version 2 (sortie fin 2015) il n’est compatible qu’avec Internet Explorer 11 et supérieurs !

Des visuels plus beaux et plus légers avec le SVG

Jusqu’à récemment encore, les graphistes faisaient de magnifiques maquettes de sites dans Illustrator. Avec de belles courbes bien lisses, de beaux dégradés bien réguliers. Et le tout était massacré par la transformation en images PNG ou JPEG qui pixellisent et dégradent ce si beau travail.

Cette époque est révolue ! Grâce au SVG, nous pouvons afficher de beaux visuels vectoriels, lisses, propres, sur lesquels on peut zoomer à l’infini sans voir le moindre pixel.

Et, cerise sur le gâteau, on peut animer tout ça.

De la 3D et du jeu vidéo grâce au WebGL

Le WebGL permet d’exploiter des technologies similaires à celles du jeu vidéo, avec des performances très proches, le tout directement dans le navigateur web.

Plus besoin de plugins ou autres artifices. Les jeux Facebook, les jeux en ligne, les démonstrations de produits, les visites virtuelles.

Tout un monde s’ouvre à vous.

Des animations sans Flash

Alors que Flash est devenu complètement obsolète, il restait malgré tout jusqu’ici la meilleure solution pour animer le contenu.

Grâce aux animations CSS, SVG et autres technologies, les sites internet seront (encore plus) animés sans avoir besoin d’utiliser un plugin.

Du contenu accessible sans connexion

Le web nouveau intègre des technologies permettant de conserver tout ou partie des applications web, même hors connexion. La synchronisation se fait au retour de l’accès à Internet.

Et plein d’autres choses

Le streaming audio et vidéo, la vidéo-conférence, l’accès aux fonctionnalités intégrées au matériel, l’amélioration des performances.

Les exemples sont nombreux et divers. Ce qui est sûr : l’avenir du web est prometteur.

La mince frontière entre le site et l’application

Il y a encore peu de temps, utiliser des technologies web dans une application mobile était une hérésie. Le manque de compatibilité et les faibles performances rendaient la chose impossible à gérer correctement.

Mais, petit à petit, la situation change.

Les technologies web deviennent performantes.  On peut accéder en toute sécurité à de plus en plus de fonctionnalités sans être connecté.

Et, avec l’arrivée de Windows 10, Microsoft semble déterminé à faciliter la conception d’applications Windows (toutes plateformes) directement avec HTML, Javascript et CSS. Notamment grâce à Angular 2 qui facilite le travail du développeur.

Par exemple, un site téléchargé sous forme d’une application web installée pourra intégrer l’assistant virtuel Cortana en quelques lignes de code. (par exemple, on pourrait dicter « Allociné, quelles sont les films à l’affiche à Niort ? » ou « Courrier de l’Ouest, quelles sont les actualités de Niort ? ».

Ces technologies seront également intégrées, sur toutes les plateformes (Windows, Mac, iOS, Android), à la suite Office. Ce qui permettra d’interagir directement avec les outils professionnels sans avoir à quitter Word, Excel ou autre. Tout sera intégré.

Même si une application web n’aura jamais les qualités d’une application native, par essence, son utilisation dans un environnement productif devient envisageable. Et ça, c’est une petite révolution.

Une évolution des métiers du numérique

La mécanique de l’expérience utilisateur passera du serveur au client (le navigateur web), ce qui changera en profondeur les métiers des développeurs (qui devront se soucier de l’ergonomie), des designers (qui devront se soucier du code) et des professionnels du numérique de manière générale.

L’usage du cloud et des services web va devenir un élément prépondérant. Si ces technologies pouvaient encore être marginales jusqu’à aujourd’hui, ce pont entre les plateformes pourrait bien devenir prochainement la pierre angulaire du web.

Dans cette logique multiplateformes, interconnectée et intégrée, l’usage des micro-services devient une évidence. Nous ne faisons plus de grosses machines, mais des services minimaux qui sont efficaces et performants.

L’assemblage de la solution se passe du côté du client (application web, application mobile, jeu vidéo) et non plus du côté du serveur.

Au delà de la logique de performances, de qualité, de sécurité et de simplicité, c’est une logique d’usage intelligent des ressources qui se met en place. L’utilisation des machines devient plus raisonnée, limitée à ce qui est réellement nécessaire, tout en offrant une souplesse très confortable.

Petit point estival sur l’activité de Morin Innovation

L’été est là. C’est l’occasion idéale pour faire un petit point sur l’activité – évolutive par définition – de Morin Innovation.

Le travail de l’entreprise se faisant essentiellement en « marque blanche », aucun client ni partenaire ne sera cité publiquement. Merci de nous consulter pour en savoir plus.

Le web

Le web est une activité régulière de l’entreprise. Du service web sécurisé au site web sur mesure, les réalisations ne manquent pas.

Nous sommes en mesure de proposer des applications web offrant l’ouverture aux données grâce à un service web (REST) permettant d’accéder aux données depuis une application mobile (iOS, Android, Windows mobile), un site web ou toute autre plateforme.

Pour des performances optimales, nous proposons des hébergements dont la capacité peut être étendue à volonté et dont le coût s’adapte automatiquement. Le tout grâce aux technologies cloud. Nous utilisons également intensivement le principe de CDN offrant stabilité et performances. Nos systèmes de gestion du cache sont également utilisés pour un usage optimal des ressources.

Tous nos sites web ont un design responsive : ils s’adaptent automatiquement selon l’appareil utilisé pour la consultation. Que vous utilisiez un smartphone, une tablette ou un ordinateur, votre site sera affiché de manière optimale.

Sur la partie SEO (référencement Google, Bing), nous veillons à suivre les recommandations les plus récentes et effectuons des tests d’optimisation. Cette partie SEO est faite sur mesure et exploite également les technologies permettant un meilleur référencement sur les réseaux sociaux (Open Graph).

De manière générale, nous travaillons à proposer une expérience utilisateur optimale tout en profitant des dernières technologies.

Nos références en la matière sont nombreuses.

Le mobile

Nous avons développé de nombreuses applications mobiles et profitons d’une expérience permettant de mettre en pratique les meilleures méthodes en termes de développement mobile. Comme le montrent nos dernières références, réalisées et validées en temps et heures grâce à des solutions et des compromis permettant d’apporter la meilleure réponse  dans le meilleur délai aux problématiques.

Cette expérience date de fin 2008, lors de la diffusion des premiers kits de développement iOS (iPhone OS à l’époque) puis Android et dernièrement Windows mobile (ex Windows Phone).

Ce domaine de compétence vient, de plus, en parfaite adéquation avec les compétences liées au web, permettant ainsi de concevoir des applications connectées au web cohérentes d’un bout à l’autre de la chaine. Nous maîtrisons l’aspect mobile, l’aspect service web et la conjonction des deux. Le tout apportant une expérience utilisateur optimale.

Serious game, advergame

Le serious game vous permet d’aborder des problématiques sérieuses dans un cadre ludique.

L’advergame est la promotion d’un produit au travers d’un jeu vidéo gratuit.

Notre expérience dans ce domaine, dans le domaine du mobile et dans le domaine du web nous permet de vous offrir des produits cohérents, en phase avec les attentes des utilisateurs, tout en ayant une fiabilité et une performance technologiques optimales.

Cette compétence s’est récemment illustrée au travers d’un serious game compatible iOS (6.1 et +), Android (2.3 et +) et Windows mobile (8 et +). Le tout lié à un service web et un service d’analyse du comportement des utilisateurs. (Google Analytics)

Nous travaillons également à la mise en place de jeux compatibles WebGL et ordinateurs de bureau. Nous nous projetons également dans la compétence sur console de jeux.

Réalité virtuelle

Dans le domaine de la réalité virtuelle, nous avons travaillé sur les versions mobiles (Cardboard, Homido) et sur Oculus Rift.

Nous avons réalisé un premier prototype présenté au Salon du Printemps à Niort. Le succès fut au rendez-vous.

Réalité augmentée

Pour ce qui est de la réalité augmentée, nous avons une expérience de plusieurs années. Aussi bien dans le domaine de la réalité augmentée géolocalisée que par l’usage de « tags ».

Nous travaillons également à des prototypes utilisant les technologies Kinect et RealSense.

Hologrammes

Bien que la technologie ne soit pas encore accessible aux développeurs, nous imaginons ce que pourraient être les outils utilisés par HoloLens.

Avec les technologies à notre disposition, nous construisons des prototypes permettant d’illustrer des usages concrets.

Objets connectés, IoT

Grâce à Raspberry Pi 2, nous avons pu travailler aux premiers prototypes utilisant la version IoT de Windows 10. Le résultat est plutôt concluant.

Pour conclure

Comme vous pouvez le lire, notre domaine de compétences est très large.  D’autant que nous nous entourons des meilleurs partenaires pour tout ce qui sort de notre champs de compétences (modélisation 3D, design, graphisme, audio) afin de vous offrir le meilleur de l’innovation.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en savoir plus.

Vous pouvez également suivre notre actualité sur Twitter, Facebook et Google + .

A bientôt pour de nouvelles aventures !