Apple et Microsoft : le retour des titans

Les plus jeunes d’entre nous se souviennent de l’époque où Apple et Microsoft régnaient en maître dans l’univers de l’informatique.

Puis, l’informatique a évolué, avec l’arrivée d’Internet et des mobiles. De nouveaux acteurs ont émergé, dont Google, Facebook, Twitter, Linkedin et les autres géants du web.

Chacun a du adapter sa stratégie. Il y a d’abord eu une scission, puis des rapprochements, mais surtout d’importantes évolutions.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le socle historique : l’ordinateur

Les deux géants se sont lancé dans l’aventure informatique plus ou moins au même moment. Chacun présentant ses atouts.

Puis, petit à petit, les systèmes de chacun se sont réunis. Windows 10 a gagné en stabilité et en esthétisme. Microsoft a maintenant ses propres modèles de PC (Surface Book, cousin du MacBook).

Les 2 systèmes sont au coude à coude, leurs principales différences étant plus liées aux goûts de l’utilisateur qu’à une différence qualitative.

De son côté, l’autre géant – Google – n’a jamais réussi à convaincre. Que ce soit avec ses PC Android ou bien ses ChromeBook sous ChromeOS.

Aujourd’hui, un Mac peut disposer d’une suite Office à jour et de qualité. Le PC permet d’aller sur le web en toute sécurité. Chacun des acteurs majeurs a compensé ses faiblesses alors que Google s’entêtait avec sa suite bureautique en ligne qui fait pâle figure à côté des versions de bureau des suites iWork et Office. D’autant que ces deux suites bureautiques sont également disponibles en version connectée avec un niveau de qualité non négligeable.

Si Google reste historiquement le roi du web, la partie est mal engagée dans le domaine de l’ordinateur personnel.

Le cloud au quotidien

Alors que Google a avancé dans une expérience 100% connectée, mais faite de compromis faute d’intégration au système d’exploitation, Apple et Microsoft on su avancer vers des solutions cloud aujourd’hui bien abouties.

Côté Microsoft, on peut synchroniser ses données via One Drive, synchroniser ses informations en se connectant avec son compte en ligne sur son PC, télécharger la suite Office, travailler en ligne, etc. L’expérience en ligne Microsoft est aujourd’hui une réalité.

Côté Apple, tout est synchronisé via iCloud : données, contacts, sauvegardes, photos.

Sans parler de l’aspect sécurité, que l’un et l’autre ont su mettre en avant grâce à leurs systèmes respectifs.

Les appareils mobiles

Avec un discours marketing autour de l’open-source et grâce à la promesse du gratuit pour tous, Google a su inonder le marché du mobile grâce à son système Android. Les données utilisateurs et la publicité étant le gagne-pain de Google (comme tout entreprise, Google doit trouver du profit quelque-part), chacun y a trouvé son compte.

De son côté, Apple est resté sur un positionnement haut de gamme, préférant gagner de l’argent avec ses produits et services payants tout en garantissant la sécurité des informations personnelles.

Microsoft, de son côté, est arrivé tardivement sur ce marché, avec un positionnement similaire à celui d’Apple : privilégier produits et services plutôt que revenus publicitaires.

La TV

Toujours avec la même stratégie marketing, Google a inondé le marché de la TV avec Android TV et Chromecast. Deux produits permettant de profiter de services Google sur la TV.

Apple, de son côté, a produit et vendu (avec des bénéfices) l’Apple TV. Depuis 2015, le côté services s’est développé avec l’intégration d’un App Store dans l’Apple TV permettant de profiter d’applications et jeux.

Dans ce domaine, Microsoft a particulièrement bien réussi avec la XBox, qui permet de profiter de produits et services au sein d’une console de jeu qui fait également office de hub multimédia.

Les bracelets et montres connectés

Que ce soit le Band de Microsoft, les multiples modèles Android ou la Watch d’Apple, chacun tente d’investir ce marché émergeant, qui commencera probablement à décoller à partir de 2017, en suivant le cycle classique de l’adoption par les consommateurs.

Encore une fois, Microsoft et Apple ont choisi l’uniformité et l’intégration matériel – logiciel alors que Google préfère la diversification.

L’embarqué

Microsoft et Google ont chacun leur version de système pour le matériel embarqué, que ce soit Android ou Windows 10.

Ce type de matériel est bien loin du quotidien du grand public. Même si on peut voir l’importance pour les professionnels.

La réalité augmentée / réalité virtuelle

Microsoft a HoloLens, son casque fonctionnant sous Windows 10. Le casque Oculus est également supporté par Microsoft, notamment couplé à la XBox One.

En mettant à part le Cardboard, qui est un gadget multi-OS, Google travaille sur un casque de réalité virtuelle, probablement sous Android.

A l’instar d’Apple qui travaillerait sur la réalité augmentée. Probablement à partir d’une version dérivée de son système iOS.

La force de Microsoft et Apple

Microsoft possède quelques atouts majeurs qui les mettent aujourd’hui en position de leaders.

Un socle technique unifié et solide

Le système Google (Android) est présent un peu partout, dans de multiples versions, différentes selon l’air du temps et selon le constructeur. Sachant qu’il y a plusieurs dizaines de milliers de modèles Android, c’est un véritable calvaire de concevoir une application fonctionnelle. D’autant que le système n’est pas disponible sur PC.

A contrario, les systèmes Apple et Microsoft sont disponibles sur mobile, tablette, ordinateur, TV, montre/bracelet connecté(e) et sur le web.

En effet, Windows 10 est disponible sur toutes ces plateformes.

De son côté, même si les noms sont différents, le socle technique des applications Apple est le même, que ce soit sur OS X, iOS, tvOS ou watchOS.

A titre d’exemple, les différentes versions de la suite bureautique d’Apple ont 75 % du code en commun. Et Windows 10 permet le même type de prouesse.

Autant dire : c’est un atout de taille pour un éditeur de logiciel. D’autant que ces deux plateformes ne souffrent pas d’une disparité de versions. C’est la garantie que l’application développée fonctionne comme on l’a défini quelque soit l’appareil utilisé.

Sans parler du fait qu’on a plus de chance de générer du revenu sur ces plateformes, leurs utilisateurs étant naturellement enclin à payer les produits et services qu’ils utilisent.

Une expérience connectée ultime

Alors que Google est naturellement consigné au web et au mobile, l’expérience Microsoft / Apple peut se faire à tous les niveaux, que l’on soit connecté ou non.

On peut lancer le traitement de texte Word sur un mobile Windows 10 et continuer son travail sur PC.

A l’identique, on peut répondre aux SMS (ou prendre des appels) sur Mac, continuer un email, etc.

On peut lire une vidéo sans fil de son Mac / iPhone sur l’Apple TV. Et on peut jouer à sa XBox One sur son PC Windows 10.

On retrouve également les achats d’applications, films, et autres sur les différentes plateformes.

On s’identifie sur son PC avec le même compte Microsoft que celui du mobile ou de la XBox. Et on fait la même chose sur Mac, iPhone ou autre iDevice.

Pas besoin de télécharger un quelconque outil externe. Tout fonctionne en parfaite osmose avec le système d’exploitation.

Au delà d’être pratique, le cloud devient simple et naturel.

D’autant que les applications elle-même profitent de ces atouts. Les préférences et réglages de chaque application peuvent passer d’une plateforme à l’autre sans avoir à configurer ou tripatouiller quoi que ce soit.

En misant sur la qualité, Microsoft et Apple sont en train de se partager le futur marché de l’informatique, en se finançant majoritairement au travers de l’économie réelle : le consommateur achète produits et services.

La cohabitation des 2 géants

Alors que Google s’est isolé d’Apple en tentant de copier l’iPhone à sa sortie et s’est isolé de Microsoft en prônant haut et fort en être l’opposé, les 2 géants historiques ont su se rapprocher.

iCloud est plutôt bien intégré à Windows, la suite Office et les différents produits Microsoft (Skype, One Note, One Drive) ont trouvé leur place sur iOS et OS X grâce à une intégration de qualité.

De fait, les 2 plateformes ne sont pas exclusives et peuvent très bien se compléter. Un atout où chacun trouvera son compte.

La fin de Google ? Pas sur le web

Même si Google Apps est également progressivement effacé du milieu pro au profit de Microsoft Office 365, et même si beaucoup d’utilisateurs Android s’orientent maintenant vers Microsoft et Apple, Google reste leader dans son domaine de prédilection : le marketing web.

Tant que le web sera financé par la publicité, Google vivra très bien. Et, a priori, ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s