La Fibre à usage pro, 3 mois plus tard

En juillet, j’ai souhaité apporter mon témoignage sur la mise en place de la Fibre optique Orange.

Voici un complément, avec une expérience plus complète et plus aboutie.

État de l’art : tout fonctionne

Pour faire court, je n’ai pas eu à déplorer de problème majeur.

Le débit est toujours au rendez-vous. La connexion est stable.

Les services fonctionnent globalement bien, si ce n’est quelques rares petits caprices télévisuels. (image figée par exemple)

Ce qui est juste mieux

Le premier usage naturellement fascinant est le téléchargement. On fait la même chose qu’avant, mais en moyenne 15 fois plus vite. Par exemple, Office 2016 (un peu plus d’1 Go) a été téléchargé en une minute.

Un vrai gain de temps quand on travaille dans l’innovation et que l’on doit télécharger ou envoyer de gros paquets de données quotidiennement.

Les déploiements sont rapides. Les téléchargements également. C’est optimal.

Ce qui change pour l’entreprise

Là où l’usage de l’internet change vraiment, c’est qu’on se rend rapidement compte que l’accès aux données stockées sur Internet est – grosso modo – aussi rapide que l’accès aux données du réseau local. Et là, ça change la donne.

A commencer par le stockage des données : on peut se permettre de sauvegarder plus, plus régulièrement et surtout plus efficacement.

Le stockage des codes sources peut se faire à distance (via GitHub ou Visual Studio Online par exemple).

Evidemment, l’important est d’avoir un environnement sécurisé :

  • authentification via certificats SSH pour les codes sources sur Git
  • authentification à 2 facteurs pour l’accès aux comptes
  • chiffrage des données sur le réseau
  • protection de l’accès aux OS (identification utilisateur, effacement à distance)
  • chiffrage des données des disques durs
  • protection des accès au réseau
  • protection de l’accès aux données sur les serveurs des partenaires
  • etc

Dès lors que l’on s’assure un environnement protégé, le « danger internet » est minimisé au profit de la protection et de la sauvegarde des données.

Le risque industriel est ainsi plus facilement écarté : l’entreprise est complètement dématérialisée dans un environnement protégé. En ayant en complément des sauvegardes locales, tout l’environnement de travail et tout le travail réalisé pour les clients se trouve protégé.

Prenons un exemple catastrophique : destruction totale du matériel et des locaux (vol, incendie ou autre). En prenant n’importe quel matériel, depuis n’importe quelle connexion (fibre, de préférence 😉 ), l’activité peut immédiatement redémarrer là où elle s’est arrêté.

C’est cette dimension qui fait réellement la différence : l’internet devient quasiment aussi performant que le réseau local. (dans mon cas, il est aussi performant, car mon WiFi est limité à 200MB)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s